top of page

Lover's Touch Prayer

Lover's Touch Prayer LoveTruth&Beauty video link https://youtu.be/vKL1965tJI0

You ask me how I want you to touch me, but I don’t know what my body feels like, what she enjoys, what I want until you touch me. All of me, with your fingers, your hands, your mouth, the entirety of your body, every inch of you.


Touch me: my hair, my skin, my feet, in between my toes, kiss my ankles, lick the insides of my legs, push my knees to my breasts, straightened my legs kissing the back of my knees, let my inner thighs pillow your resting head as you gaze at that nook where my thigh bones meet my pelvis, watch my petals unfurl and open and gush that nectar anticipating your touch; roll me to my left side and rediscover that curve at my waist where your arm fits perfectly as you press up against my body from behind, and I can feel you wanting me, the heat of your breath—your lips on that little spot on the back of my neck. You are Everywhere, yet there are places of my body so well hidden I’ve never felt myself there.


Every time we’re together, your touch reveals another hidden place of pleasure.


Touch me: barely, slowly, with every part of your body--fingers, tongue, mouth, teeth, cock, your face, your eyelashes, your breath, your words—spoken or sighed or hushed.


Permission granted to grab me, get handsy, man-handle me—I trust you to feel into me and know when I want this roughness from you. As Man, your touch has not always been loving nor honest or conscious.


Yet, I want your presence, your curiosity, your patience, your authenticity, your desire to dominate me, your passion, your moods: This is why sometimes I LOVE to be touched and will slink toward you like a pretty kitty, purring, surrendered to you; other times, I will be like a man—passive-aggressive—just hurry up and make me come; or—shy and unsure about being touched.


Or, I don’t want it at all because sometimes I am NOT ready for my body to experience what I want in my head; my body isn’t willing to let go of the fear, guilt, pain and shame she holds at the moment.


I have not been made love to, often, so I am learning how to receive you, and we are moving past that rote-ness of just fucking to get off where I could be any pussy, unnamed, unclaimed, and you—like every other unconscious man wouldn’t know the difference. Or perhaps you would because you are different and as special as I intended before we met.

Together, we are learning that we both need to relax and melt into our love.


Speaking for myself, I need to relax into me, into you, us, and our sensual bodies in a space where I am not expected to perform like a porn star, though I might feel inspired to be just that for you. But I don’t want to feel pressured to give what I cannot give or feel threatened by fear of loss, abandonment, rejection or humiliation.


I need to feel protected.


Help me, and I will help you move through all your own trust and surrender edges so we can melt even further those icy patches of hurt and shame. I know this will challenge you if you feel inadequate or have a lot of your own sexual shame, and that’s a good thing because all my trust concerns will help you dissolve your own discomforts and fears so we can meet face to face, heart to heart, cock and yoni, undefended.


Sex is the world’s substitute for Divine LOVE. Divine lovemaking, sacred intimacy, great pleasure requires that we make time, rather than taking it. No rushing. No pushing. No automated moves. Soft lights on because I want to see you. I want you to see every part of me. I want you to see my face as the pleasure you gift me takes over. I want to see your eyes watching after they’ve been closed, immersed in my adoration of Making time to sink into my body with your desire, and I will relax and open wider and wider still, receiving all of you. Being touched and touching is an ancient and sacred art form. We, as the Divine Masculine~Divine Feminine essences as Man~Woman, are Giving and Receiving Divine Energy.


Your hands, mouth, body, and cock communicate so much from the pressure you exert—from bold to feathery light, the speed at which you move toward me and inside me, or not moving—that lusciously perfect stillness of being wrapped around you, just waiting for me to surrender to more of you, the attention you put into me, exploring my womanly depths.


I feel in an instant how confident you are about your body, or if you are hesitant, afraid to hurt me or break me so that you hold back your passion or if you are too tired to give yourself entirely to me, unconditionally, but in truth, you just want something for yourself like wanting my mouth to pleasure you, rather than asking me for what you want, trying to manipulate when I would happily worship you.


Tell me your desires.


Look deeply into my eyes, talk to me like the sacred lover you claim to be, all the while touching my curves and lines, my skin flawless smooth, feel me opening, reaching for more of you to fill me, my nectar gushes.


Dare to be my Man.

~ Maraschka




La caresse de l’amant (French Translation by Doriane Greens)


Tu me demandes comment j’aimerai que tu me caresses, mais je ne sais pas ce que mon corps ressent, ni ce qu’il préfère, jusqu’à ce que tu m’effleures. Jusqu’à ce que tu me touches, avec tes doigts, tes mains, ta bouche, ton corps entier, chaque partie de ton corps.


Caresse-moi: mes cheveux, ma peau, mes pieds, entre mes orteils, embrasse mes chevilles, lèche l’intérieur de mes cuisses, presse mes genoux contre ma poitrine, étire mes jambes en embrassant l’arrière de mes genoux, repose ta tête sur l’intérieur de mes cuisses, comme un coussin, là où les os de mes cuisses rencontrent mon bassin. Regarde mes pétales se déployer et s’ouvrir, le nectar qui en jailli avant même que tu me caresses. Tourne-moi sur mon côté gauche et redécouvre les courbes de ma taille où ton bras s’y repose parfaitement, tout en serrant ton corps contre mon dos. Je te sens me désirer, la chaleur de ton souffle, tes lèvres qui se déposent sur ce petit coin de ma nuque. Tu es omniprésent, et il y a des endroits de mon corps qui étaient si bien cachés que je ne les avais encore jamais ressentis.


Chaque fois que l’on se retrouve, tes caresses dévoilent de nouveaux plaisirs cachés.


Touche-moi, simplement, lentement, avec chaque partie de ton corps ; tes doigts, ta langue, ta bouche, tes dents, ton pénis, ton visage, tes cils, ton souffle, tes mots, qu’ils soient parlés, soupirés ou étouffés.


La permission t’est donnée de m’attraper, d’être tactile, de me malmener. J’ai confiance en toi, pour que tu puisses sentir lorsque je désire cette bestialité de ta part. En tant qu’Homme, tes caresses n’ont pas toujours été aimantes, honnêtes ou conscientes. Je désire tout de même ta présence, ta curiosité, ta patience, ton authenticité, ton désir de me dominer, ta passion, tes humeurs : parfois j’ADORE que tu me caresses. Je me faufilerai vers toi avec l’élégance d’un chat, ronronnant, qui s’abandonnerait à toi et d’autres fois je deviendrai comme un homme passif-agressif, impatiente que tu me fasses jouir, ou timide et incertaine de vouloir que tu me touches.


Il y a des moments où je ne désire rien car mon corps n’est pas prêt à vivre ce qu’il y a dans ma tête. Mon corps n’est pas prêt à laisser tomber la peur, la culpabilité, la douleur et la honte qui sont en lui en ce moment même.


On ne m’a pas souvent fait l’amour alors j’apprends à te recevoir, tout en dépassant la superficialité de baiser pour le plaisir, où je deviendrai n’importe quelle chatte, sans nom, non sollicitée, et toi, comme n’importe quel homme inconscient tu ne verrais aucune différence. Ou peut-être que si, puisque tu es différent et aussi unique que je l’avais imaginé avant de te rencontrer. Ensemble, on apprend tout les deux à se détendre et à se laisser fondre dans notre amour.



Pour ma part, j’ai besoin de me détendre jusqu’au plus profond de mon être, en toi, en nous, en nos corps sensuels. Dans un espace où je n’aurai pas à me comporter comme une actrice porno mais où je pourrai m’en inspirer uniquement pour toi. Je ne veux pas non plus me sentir forcée de te donner ce que je ne peux donner, ni me sentir menacée par la peur de te perdre, la peur de l’abandon, du rejet ou de l’humiliation.


J’ai besoin de me sentir protégée. Aide-moi et je t’aiderai à surmonter tes problèmes de confiance et de lâcher prise pour que les morceaux de glace qui composent la douleur et la honte, fondent un peu plus. Je sais que ce sera un défi pour toi si tu te sens inadéquat ou si tu ressens de la honte sur le plan sexuel et c’est bon signe car toutes mes préoccupations liées à la confiance t’aideront à dissoudre ton propre malaise ainsi que tes peurs, pour que l’on puisse se retrouver face à face, coeur à coeur, verge et yoni, sans défense.



Le sexe est le substitut de l’AMOUR Divin dans le monde. L’amour divin, l’intimité sacrée, le grand plaisir exige que nous prenions le temps, au lieu d’y courir après. Pas de précipitation. Pas de bousculade. Pas de mouvements automatiques. Une lumière douce pour que je puisse te voir. Je veux aussi que tu puisses voir chaque partie de moi. Je veux que tu puisses voir mon visage lorsque le plaisir que tu m’offres prend le dessus. Je veux voir ton regard après que tu aies fermé les yeux, immergé dans ma vénération de prendre le temps de plonger dans mon corps avec ton désir, et je me détendrai, je m’ouvrirai à toi de plus en plus, en recevant tout de toi.


Toucher et être touché, c’est une forme d’art ancienne et sacrée. Nous, en tant qu’essences Divines Masculines et Féminines, en tant qu’Hommes et Femmes, nous donnons et recevons de l’Énergie Divine. Tes mains, ta bouche et ta verge communiquent à partir de la tension que tu exerces. D’une lumière imposante à une lumière légère comme une plume, la vitesse à laquelle tu bouges vers moi et en moi, ou lorsque tu es immobile. Ce calme voluptueux et sa perfection lorsque je suis enveloppée autour de toi, lorsque tu attends que je m’abandonne à toi, l’attention que tu me donnes, tout en explorant mes profondeurs féminines.


En un instant, je peux ressentir la confiance que tu as en ton corps, lorsque tu es hésitant et que tu as peur de me faire du mal au point de retenir ta passion, lorsque tu es trop fatigué pour te donner entièrement à moi, inconditionnellement. En vérité, tu voudrais juste satisfaire ton plaisir personnel, que ma bouche te donnes du plaisir. Tu joues à la manipulation alors que je te vénèrerai volontiers.


Fais-moi part de tes envies.


Regarde-moi profondément dans les yeux, parle-moi comme l’amant sacré que tu prétends être, tout en touchant les formes et les lignes de mon corps, la parfaite douceur de ma peau. Ressens-moi lorsque je m’ouvre à toi, lorsque je m’étends vers toi pour que tu me remplisses un peu plus, et que mon nectar jaillisse. Ose être mon Homme.




Maraschka



Comments


bottom of page